Le cannabis, le THC, le CBD sont autant de sujets dont on parle de plus en plus. Cependant, le CBD reste celui qui présente le plus d’intérêt. Son rôle, sa composition, ne représentent plus vraiment un grand secret. Mais qu’en est-il de son histoire ?

Si comme beaucoup vous en savez peu sur l’histoire du CBD, tenez-vous tranquille, cet article vous la fera découvrir.

Le CBD : Une substance associée au cannabis

Il existe plusieurs variétés de cannabis dont le cannabis sativa ou indica. Ce dernier est une plante originaire de l’Asie. Il est cultivé un peu partout dans le monde. Les études ont révélé que cette plante existait déjà 8000 ans avant Jésus-Christ. Mais ses multiples vertus lui ont permis de traverser le temps.

Les nombreuses transformations dont il a fait l’objet, puis sa composition complexe, font de lui une espèce utile dans plusieurs domaines. Ainsi, le chanvre est utilisé dans l’industrie du textile, dans la papeterie et bien d’autres domaines.

Le cannabis est effet, un ensemble de plusieurs molécules appelées des cannabinoïdes. Ces dernières existent par centaines. Cependant, seules quelques-unes sont présentes en pourcentage élevé. Il s’agit du THC (delta-9-tétra-hydrocannabinol), du CBD (Cannabidiol), du CNB (Cannabinol), du THCV (tétrahydrocannabivarine), Etc.

Vous comprenez alors que le CBD est l’un des composants du cannabis sativa. Cette molécule tient d’ailleurs son appellation (Cannabidiol) à la fois de sa composition chimique et du cannabis. Une décomposition du nom « Cannabidiol » permet de comprendre que « Cannabi » provient de cannabis. Quant au radical « diol », ce n’est rien d’autre que le glycol. Cette molécule présente les mêmes caractéristiques que l’alcool.

Aperçu de l'histoire du CBD

S’il est vrai que l’utilisation du cannabis remonte à une vieille époque, il faut attendre plusieurs années pour que les différentes recherches sur le chanvre portent des fruits. En effet, la découverte du CBD est le résultat de longues études scientifiques sur le cannabis. La première trouvaille revient à Roger Adams, biochimiste de renom de l’université de l’Illinois.

Après avoir fait des recherches pendant des années sur la composition chimique du cannabis, ce n’est qu’en 1940 qu’il parvint à un résultat. Cette année fut le couronnement de longues années de recherches acharnées. Il avait réussi à dissocier la molécule du CBD de l’ensemble des composantes du chanvre.

Cependant, cette découverte ne suffisait pas pour une utilisation optimale du CBD. Plusieurs chercheurs ont donc décidé d’approfondir les travaux de Roger Adams. Après quelques années, un seul parvint à un résultat. Il s’agit du biochimiste israélien nommé Raphaël Mechoulam. C’est à lui que revient le mérite d’avoir écrit la formule chimique du CBD.

Dans ses expériences, il a procédé à l’administration d’une quantité de 300 mg de CBD à certains patients présentant des crises régulières. En moins de cinq mois, ces derniers ont cessé d’avoir ces crises.

Cette trouvaille représentait une très grande avancée. C’était en effet un point d’ancrage pour plusieurs autres chercheurs. Se basant sur ses traces, certains chercheurs ont découvert de nombreuses vertus thérapeutiques propres au cannabidiol. D’où la légalisation par certains États du CBD.

Le point de départ de la légalisation du CBD

Malgré les nombreuses recherches effectuées sur le CBD, plusieurs pays sont restés septiques quant à sa légalisation. C’est de certains États des USA qu’est venue pour la première fois la décision de la légiférer en la matière.

Ainsi, la Californie fut le premier pays à légaliser l’usage du CBD. C’était en 1996 à travers la proposition 95. Plusieurs États ont suivi l’exemple de la Californie par la suite. En 1998, c’était au tour de l’Oregonde l’Alaska, puis de Washington. Hawaï, le Nevada, le Colorado ont également emboité le pas à ces États en 2000. Mais avant ils se sont fait devancer par le Maine en 1999.

Ces états avaient tôt fait de comprendre l’importance du CBD dans le domaine de la santé. Ainsi, les gens n’avaient plus du mal à se procurer le cannabidiol à des fins thérapeutiques. Les chercheurs avaient plus de facilité à mener leurs recherches. Plusieurs découvertes complémentaires ont donc été faites grâce à cette légalisation.

Pendant ce temps, la France et bien d’autres pays étaient toujours hésitants. Mais suite aux nombreux témoignages faits après l’utilisation du CBD, il est devenu plus fréquent sur le marché de ces pays. Cependant, les autorités législatives françaises comme plusieurs autres hésitent toujours à légiférer en la matière.

Le témoignage le plus stupéfiant était celui de Charlotte Figi. C’était une fille qui souffrait du syndrome de Dravet. Cette maladie se matérialise par des crises d’épilepsie. Charlotte faisait environ 300 crises par jour. Désespérés face à l’inefficacité des médicaments conventionnellement utilisés contre ce mal, les parents de Charlotte ont fait recours à l’usage du CBD. Une décision qui a porté ses fruits. Les crises de charlotte ont progressivement disparu.

Les véritables raisons du rejet du CBD

Parmi les substances que contient le cannabis, la plus redoutable reste le THC. C’est en effet grâce à cette substance que des effets secondaires sont observés lors de l’usage du cannabis. Ce qui n’est pas le cas du CBD.

Le THC est une substance psychoactive. Il affecte la conscience du consommateur en le rendant « stone » ou en le faisant planer. Les gens l’utilisent donc volontairement pour se défoncer et s’amuser. C’est une substance qui crée de la dépendance chez le consommateur. Elle entraine à la longue, plusieurs effets négatifs sur l’organisme. Elle est présente en quantité suffisante dans certaines variétés de cannabis. Son taux de présence est de 15% contrairement au taux de CBD qui est plus faible.

C’est donc les effets du THC que redoutent plusieurs États. Pour eux, une véritable légalisation du CBD conduirait à l’usage incontrôlé du THC.

CBD : Qu'en dit la loi française ?

Déjà en 1990, une loi française avait imposé des restrictions quant à l’utilisation du chanvre indien. En effet, toutes les transformations et tout commerce par rapport au chanvre doivent se limiter aux graines et aux fibres de la plante. Ladite loi interdisait alors toute transformation en rapport avec n’importe quelle autre partie de la plante.

Ainsi, même le CBD issu de la transformation des autres parties de la plante n’était pas autorisé. Cependant, cette autorisation implicite admettait des tempéraments. En effet, même les fibres et graines transformées doivent provenir d’une variété précise de chanvre. Il s’agit du cannabis Sativa L dont la teneur en THC doit être inférieure à 0,2%.

Mais cette disposition est jugée contraire aux dispositions relatives à la libre circulation des personnes et des biens par la CJUE. Pour la cour, le CBD ne représente en rien un danger pour l’organisme. Ainsi, elle étend dans l’une de ses décisions, la commercialisation et l’importation du CBD dérivé à toutes les autres parties du chanvre.

Sous quelles formes est extrait le CBD ?

Les différentes recherches ont rendu possible l’extraction du CBD. Il est possible de jouir des bienfaits de cette molécule tout en évitant les effets pervers du THC. Le CBD est alors disponible sous diverses formes :

  • L’huile de CBD

C’est la première forme sous laquelle est extrait le CBD après transformation. En plus de cette molécule, l’huile de cannabidiol contient également certaines composantes telles que les terpènes, des protéines des minéraux, etc.

  • Les cristaux de CBD

Ils ont la particularité de renfermer jusqu’à 99 % de CBD

  • Le pollen du CBD

  • La résine de CBD

  • Les e-liquides

  • Les gélules

  • Les comprimés

  • Les infusions

  • Le CBD sous la forme de fleur

Les bienfaits du CBD

Si le CBD fait objet d’autant de tapage médiatique, c’est à cause de ses multiples bienfaits. En plus d’être usitée contre le vomissement et en soutien dans le traitement des effets secondaires de certaines maladies, cette substance est aussi utilisée comme :

  • Antidouleur et anti-inflammatoire

Le cannabidiol est un analgésique et un anxiolytique très puissants. Il permet de lutter efficacement contre les douleurs. Par ailleurs, c’est un anti-inflammatoire. Il est donc utilisé contre les douleurs inflammatoires.

  • Immun modulateur

L’organisme est doté d’un système cannabinoïde. Le CBD contribue à maintenir ou à rétablir l’équilibre de ce système selon le cas. Il permet également de préserver le fonctionnement du système immunitaire. Il est donc conseillé d’en prendre en complément alimentaire.

  • Un puissant allié contre le stress

Grâce à ses effets anxiolytiques, le CBD lutte contre le stress et l’anxiété. Il permet de détendre les nerfs et évite ainsi la dépression. Les recherches ont démontré son efficacité en cas d’obsession et de panique. Son usage n’est également pas exclu en cas de stress post-traumatique.

  • Remède contre les troubles neurologiques

Son efficacité a été prouvée dans le traitement des troubles neurologiques. Il est donc un très bon remède contre l’épilepsie, la dystonie, etc.

  • Traitement contre les maladies de la peau

Le CBD prévient et fait disparaître aussi bien les éruptions cutanées que les acnés. Ses propriétés permettent la régulation du fonctionnement des glandes sébacées. Ajouté à ses propriétés d’anti-inflammatoire, le CBD devient un très bel allié pour la santé cutanée.

La richesse de cette substance permet une très bonne nutrition des cheveux. Elle est donc utilisée dans la fabrication de plusieurs produits pour les cheveux.