QUELLES SONT LES DIFFERENCES ENTRE CULTURE INDOOR ET OUTDOOR ?

Le goût, le taux de CBD, le coût : plusieurs critères sont à prendre en considération avant de se lancer dans la culture. Celle en extérieure, appelée communément outdoor, est réputée pour son faible coût, tandis que celle en intérieur, indoor, est plébiscitée pour sa meilleure qualité. Voici une liste des bénéfices de chacune d'entre elles, qui vous permettra de faire votre choix !

La culture outdoor (en extérieur) et ses avantages

Outre son faible coût, la culture outdoor recèle de nombreux avantages. En effet, il s'agit du mode de culture le plus ancien et le plus naturel. Elle requiert pas beaucoup la main de l'homme, étant donné que les plants sont nourris par la lumière du soleil, plus forte et lumineuse que n'importe quelle lampe, abreuvés à l'eau de pluie et aérés par le vent. Cette culture est ainsi plus naturelle, plus écologique.

Autre avantage porté par cette méthode de culture : le rendement. En effet, malgré un temps de croissance plus long que pour une culture indoor, d'environ six mois, à rythme d'une culture par an, elle est tout de même moins cher à l'achat pour le distributeur et le consommateur. Elle n'a besoin que de trois à quatre personne par an, elle n'a besoin pratiquement d'aucun matériel, tels que des lampes, contrôleurs atmosphériques, et moins de nutriments que l'homme pourrait lui apporter.

Les inconvénients de la culture en extérieur

Malgré tous ces avantages conséquents, ce mode de culture présente quelques désavantages, qu'il faut connaître avant de se lancer. Premièrement, le climat sera votre pire ennemi. En effet, il n'est pas contrôlable en extérieur. Vos plans seront ainsi soumis aux tempêtes, à la pluie, à la sécheresse et aux risques des nuisibles. De plus, la qualité de vos fleurs de CBD ne sera pas la meilleure. Cette culture est parfaite pour le chanvre industriel, avec un goût du terroir.

Afin de réduire ce nombre d'inconvénients, les producteurs peuvent faire "évoluer" la culture outdoor en préférant une culture sous serre. En effet, avec une serre, les producteurs peuvent créer un micro climat permettant aux plants et fleurs d'être protégés des intempéries, tout en jouissant des nutriments fournis par le sol naturel. Cette méthode permet également de contrôler la lumière via des lampes, permettant aux plants d'avoir plus de photosynthèse et ainsi obtenir un meilleure rendement avec de plus importants volumes et une meilleure qualité. Malgré l'achat d'une serre et de quelques lumières, cette méthode reste moins chère que la culture en intérieure, que nous verrons ensuite et est aussi plus écologique. En revanche, sur ces deux points, la culture outdoor restera la meilleure option.

Les avantages de la culture indoor (en intérieur)

La culture outdoor n'est pas la seule méthode pour faire pousser des fleurs de CBD. En effet vous pouvez opter pour une culture en intérieure. Celle-ci a fait son apparition plus récemment, il y a environ un siècle, grâce à l'évolution de la loi. Pour les professionnels de ce type de culture, le chanvre grandit dans d'immenses hangars, avec un contrôle total sur la production : du CO2 à la lumière artificielle en passant par la température, l'humidité, le PH ou encore les nutriments nécessaires à la fleur. L'avantage considérable qu'a cet type de culture sur celle en extérieure est que les plants sont à l'abris du mauvais temps et de ses conséquences.

Malgré son coût, ce type de culture permet de nombreuses récoltes dans l'année. Aussi, la qualité du produit est bien supérieure aux autres types de culture. 

Les inconvénients de la culture indoor

Malgré les intempéries évitées, la culture indoor peut être soumise à une invasion de parasites, à l'instar d'acariens ou de pucerons. Il est ainsi difficile pour le producteur de sauver ses plants. Il existe cependant des insectes auxiliaires qui peuvent mettre fin à l'invasion de parasites, sans pour autant détruire les plants de CBD. Aussi, cette culture n'est pas très écologique. Premièrement, elle engendre une consommation en électricité considérable, étant donné que les lampes doivent être allumées au minimum 12 heures d'affilée. Ce qui engendre également un coût certain, qui passe aussi par l'achat de matériel onéreux. 

Outre l'électricité, c'est la consommation en eau qui peut également freiner certains producteurs. Lampes, contrôleurs, installation : la facture peut monter rapidement.

Ajouter un commentaire